Fermer

Bienvenue aux éditions Cosmopole

Dépaysement

Dans un livre intemporel, les Variations insolites sur le voyage, Gérald Berche-Ngo interroge la pratique du voyage, ses bizarreries, ses mythes, et décortique tout un vocabulaire en livrant des définitions originales et (im)pertinentes. 

Dépaysement. Changement temporaire et volontaire de vie, d’idées et de chemise. Peut uniquement se faire dans un autre pays que le sien, sinon ce ne serait pas du jeu. Exemple : « Il courait le monde déguisé et cherchait le dépaysement dans quelques bals masqués. »

En savoir plus
Bandeau-couvertures-voyage

Voyager par les mots en France

Êtes-vous bleu de Chine ou espadrilles, macarons ou crêpes dentelle, enclos paroissiaux ou tours génoises, huîtres ou chipirons, pilleurs d’épaves ou bandits, ikastola ou Diwan, cochon corse ou cochon basque ? Il est sûr que vous en apprendrez plus sur le trinichellu et l’USS Corsica, l’Uva lactuca et les korrigans, l’euskara et le BAB… car la France est devenue une destination incontournable. Alors, choisissez dans nos dictionnaires consacrés à la Bretagne, à la Corse et au Pays basque le vocabulaire de vos vacances et glanez des idées : longez le canal de Nantes à Brest, arpentez la forêt de Brocéliande ou les châtaigneraies corses, allez à la rencontre des mégalithes de Carnac, des menhirs de Pagliaghju et des grottes préhistoriques basques, faites le GR20 ou le GR34, randonnez dans les Agriate ou dans les Pyrénées !

En savoir plus
montage-pays-basque-bretagne-corse

Mon premier mot

« Au moment d’écrire le livre, le premier mot auquel j’ai pensé, c’était Marzahn. C’est le nom d’un ancien quartier de Berlin-Est surgi dans les années 1970, relégué tout au bout d’une ligne de tram grinçant. Succession d’immeubles préfabriqués strictement identiques, c’est une banlieue dortoir sans intérêt pour le touriste. Mais pour moi, Berlin a commencé là : j’y ai habité la première fois que je suis venue, en 1991, et à travers l’histoire de ce quartier je lis les bouleversements de l’histoire récente de l’Allemagne. »

Sara Roumette, Dictionnaire insolite de Berlin

En savoir plus
Bandeau-couvertures-berlin-sara-roumette

Parutions 2021

Depuis janvier, plusieurs livres sont sortis, quatre nouveautés et plusieurs rééditions : 

le Dictionnaire insolite de la Pologne, par Jean-Luc Sochacki.
Des villes aux accents italiens, une côte baltique très prisée en été, de grands musées… la patrie conservatrice de Jean-Paul II est à re-découvrir.

le Dictionnaire insolite de Taïwan, par Lucie Rault.
Entre charme et modernité, Taïwan thésaurise la mémoire du patrimoine chinois traditionnel.

le Dictionnaire insolite d’Israël, par Mati Ben-Avraham.
Apprivoiser l’aridité, canaliser le capital humain, développer un art de vivre ne pouvait qu’engendrer de l’insolite à la pelle.

• le Dictionnaire insolite de la Turquie, par Samim Akgönül.
À travers ses traditions, ses plaisirs gustatifs, de savoureuses expressions, des poètes, musiciens et personnalités contemporaines, la Turquie montre un visage riche et varié.

la quatrième édition du Dictionnaire insolite du Québec, par Véronique Couzinou.
Des lieux insolites, des personnages au destin singulier, des faux amis du vocabulaire québécois et des expressions au langage savoureux.

la deuxième édition du Dictionnaire insolite de la Nouvelle-Zélande, par Rosanne Aries.
Jouer au rugby à l’Eden Park, aux anneaux avec Bilbo, se jeter dans le vide à Kawarau, s’initier au haka à Rotorua, voilà un voyage dépaysant !

En savoir plus
montage-sorties-juin-2021

Comprendre la Turquie

Avec l’auteur du Dictionnaire insolite de la Turquie, Samim Akgönül

Quel est le premier mot que vous avez choisi de traiter ?
Lorsque j’ai commencé à rédiger le dictionnaire, la première chose à laquelle j’ai pensé était l’adjectif « insolite ». J’ai réfléchi à une traduction du concept en turc (et en d’autres langues) et à vrai dire je n’ai pas trouvé d’équivalence satisfaisante. Qu’est-ce qu’insolite ? Bizarre ? Inhabituel ? Drôle ? Parfois les concepts voyagent, là non. Ce flou sémantique m’a amené à traiter en premier la « langue d’oiseau » (kuş dili), suffisamment bizarre, inhabituelle et drôle. Je ne vous dis pas ce que c’est, pour garder le suspense, mais simplement : « pougour sagavoir, agachéguéteguez legeu liguivre »

Pourquoi avoir voulu rédiger un Dictionnaire insolite de la Turquie ?
Avant tout, j’adorais la collection et j’avais déjà lu une dizaine de titres. J’aimais la manière dont chacun de ces dictionnaires reflétait non seulement un pays, une ville ou une région mais aussi son auteur, son style, son vécu, sa lucarne d’entrée dans la culture concernée. J’ai voulu faire de même pour la Turquie qui, en soi, est assez insolite. Et puis, il faut le dire, en ce moment, le pays ne renvoie pas une image très positive. Les approches en France sont plutôt critiques, maussades. Et il y a de quoi. Mais à travers ce livre, j’ai voulu montrer que la Turquie ne se limitait pas à son Président !

Quelles sont à votre avis les idées reçues sur la Turquie ?
« Les préjugés sont la raison des sots » disait Voltaire, et il y en a un paquet sur la Turquie – les Turcs en ont à peu près autant à propos de la France… La première idée reçue est certainement cette image faite d’un seul bloc. La société turque est traversée par des lignes de fracture parfois plus épaisses que celles qui la séparent d’une société occidentale. Toute une frange de la population vit et se comporte de façon plus occidentale qu’en Occident. Une autre idée reçue est peut-être liée à l’Histoire ou plutôt à son interprétation qui fabrique un « Turc », un « autre » par excellence, tant dans son islamité que dans son ottomanité. Ceux que l’on perçoit comme « Turcs » en Occident peuvent être aussi bien Turcs, Kurdes, Sunnites, Alevis, religieux ou séculiers, toutes ces catégories se détestant souvent entre elles. Le préjugé géographique doit également être mis en pièces : la Turquie est déjà pleinement européenne d’une manière institutionnelle (elle est membre de toutes les institutions européennes sauf de l’Union) et il ne faut pas oublier qu’une partie de son territoire est située sur le continent européen.

Les Turcs sont-ils nostalgiques du temps de l’Empire ottoman ?
Oui, beaucoup, mais les conservateurs et les nationalistes regardent l’Histoire ottomane à travers les lunettes d’aujourd’hui ! Alors que tout au long des premières décennies de la République, l’Histoire ottomane avait été présentée comme celle d’une décadence, depuis les années 1990, les conservateurs islamisent et les nationalistes turquisent à outrance ce passé à multiples facettes. Les séries télévisées ont créé une société ottomane fictive où tout le monde est beau, riche, musulman et turc en enterrant la diversité ottomane tant sur le plan social que religieux et linguistique. Tous les Turcs pensent descendre de Soliman le Magnifique alors que très probablement leur ancêtre était un forçat anatolien, balkanique ou proche-oriental, misérable, qui le détestait.

Modernité/tradition, Islam/laïcité, Europe/Moyen-Orient, comment se positionne la Turquie ?
Ces dichotomies nous permettent de réfléchir, mais elles sont, pour utiliser le concept du sociologue Max Weber, des idéaltypes. Premièrement, la société turque est bien trop divisée pour entrer entièrement dans ces catégories. Ensuite, le sens que l’on donne aux termes comme « modernité » ou « laïcité » n’est pas identique selon que l’on soit en France ou en Turquie. Une personne perçue comme traditionaliste peut très bien se considérer comme à la pointe de la modernité. Enfin, ces catégories sont très dynamiques dans une société comme celle de la Turquie où la mutation est rapide et permanente. Bref, la Turquie est tout cela, en concomitance, de façon consécutive, en synonymie et en antonymie.

Comment être turc aujourd’hui en Turquie et en Europe ?
Le problème d’être Turc aujourd’hui est l’incapacité de ne pas en être. Je m’explique. En Turquie, il y a une telle propagande nationaliste et un tel discours anti-non-turc que le corridor qui mène vers un individu sans le poids de la « turcité » est très étroit. Tanpınar disait dans les années 1950 « ce pays n’autorise pas ses enfants à penser à autre chose qu’à lui-même ». C’est encore plus vrai aujourd’hui. À côté de cet embrigadement interne, en Europe, nous sommes face à un embrigadement externe dans la mesure où les sociétés majoritaires attribuent, sans complexes, au Turc (au singulier) un comportement forcément religieux, violemment nationaliste, « européicide » à souhait… C’est le fardeau habituel des minorités, où chacun est en lutte à la fois avec la majorité qui le repousse et la frange dominante de la minorité qui le retient.

En savoir plus
Focus-Turquie-ok2

Derniers parus