Fermer

Bienvenue aux éditions Cosmopole

Voyager par les mots en Finlande


FOLIOSCOPE

Les citoyens finlandais s’étant vus délivrer un passeport après 2013 tiennent en main un objet qui peut s’avérer utile pour tuer l’ennui en salle d’embarquement. Le nouveau modèle est en effet agrémenté de motifs d’élan disposés d’une page à l’autre sous la forme d’un folioscope. En feuilletant rapidement le passeport, les motifs s’animent et l’on distingue alors un placide élan qui semble se mouvoir vers la forêt la plus proche !


En savoir plus
Bandeau-couvertures-finlande

Partir en Californie


Avec le Dictionnaire insolite de la Californie, partez à l’assaut du rêve américain, sur les pas des esprits les plus novateurs et les plus excentriques. Pas étonnant que l’industrie du cinéma, tout comme la Silicon Valley, aient choisi la lumière et la démesure de cet État pour s’y installer. Odile Palix vous fait découvrir ses illustres plages, ses villes hors norme, son style de vie casual et ses cruelles disparités. Quoi qu’il en coûte, un Américain sur huit a choisi d’y vivre. 

En savoir plus
Bandeau-couvertures-californie-3

Mon premier mot

« Oliviers, c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit quand j’ai voulu écrire un livre sur la Crète. Mot si incontournable que je lui ai consacré trois entrées de ce dictionnaire : oliviers ordinaires, oliviers extraordinaires et huile d’olive. Pourquoi ? Avec 45 millions d’arbres (70 plants par habitant) et plus d’un million d’hectolitres d’huile produits chaque année, la Crète est LE pays de l’olivier. Et l’était déjà du temps des Minoens… »

Yann Lukas, Dictionnaire insolite de la Crète.

En savoir plus
editions-cosmopole-guide-dictionnaire-insolite-crete-yann-lukas

L’Inde du Sud incroyable


« Écrire et publier ce Dictionnaire insolite de l’Inde du Sud est un pari. Celui de mieux faire connaître les États méridionaux, une culture, une histoire, un sentiment de fierté très fort, une identité bien trempée. »

« Il y a toujours eu, en Inde, une sorte de mépris pour les États du Sud, dits dravidiens, et en France une méconnaissance du sud de l’Inde. La plupart du temps, les touristes occidentaux se dirigent vers ce que l’on appelle – tant les flux y sont intenses et massifs – le « triangle d’or » indien dont les pointes sont dessinées par les cités de Delhi, Agra et Jaipur. Les Français ne dérogent pas à la règle. Qui plus est, ils ont été et sont continuellement bercés par un flot continu d’images et d’imaginaires qui les pousse encore aujourd’hui à se rendre notamment au Rajasthan.

Les notices de ce dictionnaire insolite devaient donc témoigner de ce particularisme tout en montrant de quelle manière il s’est forgé par rapport à l’Inde du Nord. Certaines entrées « généralistes » étaient nécessaires, d’autres furent pragmatiques, comme « Goa » et « Andaman », visités par de nombreux voyageurs lors de leur circuit en Inde du Sud. La plus grande difficulté a été de limiter les entrées concernant l’alimentation et la religion ! Mais il a toujours fait sens pour nous qu’une notice serait consacrée à la noix de coco, et plus exactement au cocotier, surnommé kalpavriksha, notamment au Kerala. Dans la mythologie hindoue, le kalpavriksha est un arbre divin qui aurait la propriété d’exaucer les souhaits. C’est aussi un thème populaire dans la cosmologie jaïn et le bouddhisme. Chaque partie de ce palmier est utile (matériau de construction, balai, boisson, oléagineux, farine, vinaigre, alcool, médicaments, etc.). Dans le même temps, pour beaucoup d’hindous, la coco fait partie intégrante de tout rituel religieux.

Bien entendu, on pourrait conseiller de se rendre à Hampi, Badami, Gingee, ou encore aller randonner dans le Wayanad… Mais plus qu’une promenade au sein d’un site particulier, nous convions le novice à se confronter à une des facettes les plus exaltantes de la culture tamoule, aux emprunts et échanges culturels et à l’artisanat (poterie), en visitant des temples-bois sacrés (kovilkaadu) et les sanctuaires dédiés à une divinité particulière : Ayyanar. Celle-ci amène la pluie et la prospérité pour la culture des champs et veille toute la nuit à la périphérie des villages pour les protéger contre les esprits des démons. Si l’origine du culte fait débat, les sanctuaires dédiés à Ayyanar offrent peu ou prou tous les mêmes paysages : une allée bordée de grandes figures en terre cuite, généralement des chevaux hilares appelés Kutirai, des figurines votives amassées par centaines, des nœuds et petits lits en bois attachés à l’un des arbres sacrés – ce sont des offrandes en remerciement au dieu pour sa protection ou pour un évènement heureux (mariage ou naissance). On trouve en général ces sanctuaires à la périphérie des villages. Les plus étonnants restent sans doute ceux de Thennampakkam près de Pondichéry et Kothamangalam dans le Chettinad. »

Emilie et Anthony Goreau-Ponceaud

En savoir plus
montage-inde-du-sud-ITW

Février 2020


Le 21 février paraît la deuxième édition d’un livre très riche et exigeant : le Dictionnaire insolite de Naples de Maria Franchini.

Ce nouveau volume vous en apprendra davantage sur l’illustre Paganini, sur saint Janvier (qui se nomme San Gennaro en italien), sur le métro ou les quartiers espagnols (quartieri spagnoli), ou encore sur les petites pommes rouges annurca, typiques de la Campanie. Maria Franchini consacre également une notice à la promenade car « si à Naples il est rarissime de voir une rue déserte – pour les Napolitains tout prétexte est bon pour sortir –, on ne se promène pas n’importe où. »


À paraître en mars : la troisième édition du Dictionnaire insolite du Japon, par Liza Maronese

En savoir plus
Bandeau-couvertures-naples2

Derniers parus